fbpx

La pollution visible et invisible du 7e continent.

Le terme de 7e continent est plus ou moins vrai, car il existe plusieurs zones d’accumulations. La plus grande se situe dans le pacifique nord et elle s’étend sur près de 3 millions de km2, c’est 6x la superficie de la France. ( on vous laisse imaginer.. )

Ainsi comme le dis notre ami Jamy, le terme continent laisse à penser qu’on pourrait marcher dessus, or la pollution est invisible constituée d’une grande quantité de micro-fragments et microplastiques d’un diamètre inférieur à 5mm. Ils sont en suspension depuis la surface jusqu’à 3 mètres de profondeur. Le soucis est que la vie marine et notamment les tortues et les oiseaux de mer ingèrent ces débris marins. ( rien que d’y penser 😢 )

De la même manière que tous les chemins mènent à Rome, tous les plastiques mènent à l’océan:

Dans les années 50 est découvert le 7e continent dit le continent plastique composé de déchets produits par l’activité humaine. À l’époque cette pollution représentait 1.5 millions de tonnes et aujourd’hui nous serions à bien plus de 200 000 millions. ( c’est à s’en taper la tête contre les murs )

Comment c’est possible?

Du nord et de l’océan pacifique se trouve un point de rencontre de nombreux courants océaniques, comme une autoroute circulaire de l’eau de mer. Lorsque ces particules, qui sont dispersées à la surface s’engouffrent dans ces courants rotatifs, ils les crachent sous forme de plus gros morceaux qui flottent à travers l’océan, ce qui crée une grosse soupe d’ordures flottantes. ( mais pas le bonne soupe de maman )

Quel risque pour l’être humain?

Outre le fait, que nous réservons une fin tragique à notre planète et à notre espèce. Notre santé pourrait également être une autre grande victime de cette accumulation de débris marins. Le plastique microscopique ingéré par les poissons et d’autres espèces que nous mangeons pénètre dans notre corps à travers la chaîne alimentaire. D’après une étude de Greenpeace et de l’Université nationale d’Incheon en Corée du Sud publiée en 2018 : 90% des marques de sel échantillonnées dans le monde contenaient des microplastiques. ( c’est dingue )

La pollution et les chiffres en image par Eco Panda

Comment lutter contre ce fléau?

Il sera difficile de faire un nettoyage total des mers, mais endiguer ce flux est possible. Cela supposerait pédagogie, implication de tous et effort intergouvernemental. Car il faut prendre conscience que où que l’on soit sur la planète, nos déchets finiront un jour dans les océans. Certaines entreprises, scientifiques et citoyens se mobilisent pour diminuer la concentration de plastique dans les écosystèmes marins.

Notre coup de 💚 : Le pLastic Odyssey

Très engagé contre la pollution plastique en mer, ils sont à l’origine de nombreuses expéditions, rassemblent et apprennent à mieux agir au quotidien.

Les chiffres :

  • 10 millions de tonnes de déchets sont rejetés à la mer chaque année.
  • 60% à 80% de la pollution des mers est d’origine humaine
  • 20 à 40% est causé par l’industrie de la pêche mais les déchets des navires largement passés sous silence dans les études initiales, sont un contributeur majeur à cette tragédie écologique.
  • 1 million d’oiseaux meurent chaque année à cause des déchets en plastiques.
  • 66,6 kg de déchets plastiques produits pas personne et par an.

La vie marine compte sur nous, rendons leurs la beauté qu’ils apportent à notre paysage.

Découvrez notre article sur Le scandale des bouteilles en plastique

Mon Panier
  • Aucun produit dans le panier.