fbpx

L’augmentation de la demande de produits écologiques et de pratiques commerciales respectueuses de l’environnement est le signe d’un changement fantastique vers une consommation durable. Malheureusement, elle a également entraîné avec elle une augmentation de ce qu’on appelle le “Greenwashing”.

Basé sur le terme “Whitewashing”, la définition du greenwashing est “de faire croire aux gens que votre entreprise fait plus pour protéger l’environnement qu’elle ne le fait réellement”.

Il s’agit essentiellement d’un marketing malhonnête ou trompeur concernant l’impact environnemental d’une entreprise ou d’un produit.

Les entreprises ou les particuliers qui pratiquent le greenwashing dépensent souvent plus d’argent pour faire croire aux consommateurs que leurs pratiques sont durables que pour les rendre réellement durables. Parfois, c’est aussi subtil qu’un nom de produit, d’autres fois cela va jusqu’à falsifier les registres d’émissions de carbone.

L’HISTOIRE DU GREENWASHING

Le greenwashing existe depuis les années 1960, poussé par le besoin de l’industrie nucléaire de rester compétitive pendant le mouvement de protestation antinucléaire.

Le terme lui-même n’a été inventé qu’en 1986 par Jay Westerveld, inspiré par la campagne publicitaire “People Do” de Chevron, entreprise soi-disante soucieuse de l’environnement. Pendant toute la durée de sa diffusion, Chevron violait le Clean Air Act et était poursuivie par l’EPA et le Sierra Club pour avoir déversé illégalement des polluants dans la baie de Santa Monica.

C’est devenu une pratique courante de l’entreprise depuis des décennies.

Pourquoi ? Parce que statistiquement, le vert fait vendre.

Selon un sondage de 2015, 66 % des gens sont prêts à payer plus cher pour des produits écologiques et 50 % des décisions d’achat sont influencées par des caractéristiques durables.

En faisant superficiellement appel aux exigences écologiques, les entreprises retiennent la plupart des consommateurs soucieux de l’environnement sans pour autant modifier les pratiques commerciales non durables.


Définition du Greenwashing

Définition du greenwashing en image : deux verres en plastique jetable portant l'inscription ECO

Définition du greenwashing en une image : Sur une plage, des verres en plastique jetable portant la mention “ECO” entourée d’une feuille, symbole de la nature.

Considérons l’expression “gaz naturel à combustion propre”. Techniquement, il brûle plus proprement, mais le processus de fracturation hydraulique a tout autant, voir plus d’impact sur l’environnement.

C’est l’essence même du greenwashing : prendre des déclarations environnementales plus ou moins vraies et les déformer (ou ignorer certains aspects) pour faire paraître le produit ou l’entreprise durable.

Parfois, c’est complètement contradictoire, comme le thème de la campagne présidentielle américaine du “charbon propre“.

Le greenwashing prend généralement la forme de l’un des sept péchés du greenwashing :

  • Le compromis caché : Définir quelque chose comme écolo par une définition étroite qui ignore les autres impacts environnementaux.
    • Exemple : Les couvercles “sans paille” de Starbucks contiennent plus de plastique que les pailles et les couvercles combinés précédents…
  • Absence de preuves : Les demandes ne sont pas facilement confirmées ou ne sont pas vérifiées par des certifications de tiers.
  • Imprécisions : Allégations générales, non substantielles ou alambiquées. Elles comprennent des déclarations comme “nouvelle formule améliorée”, fabriqué avec des matériaux recyclés, écologiques et non toxiques, sans autre spécificité.
  • Non-pertinence : L’allégation peut être véridique mais sans rapport avec le produit ou l’entreprise.
  • Le moindre mal : Vanter un seul bon aspect durable tout en ignorant un dommage environnemental plus important.
  • Mensonge : Bobard pur et simple.
  • Culte du faux label : Des images et des mots trompeurs qui impliquent un faux soutien de la part d’un tiers.
    • Exemple : Étiqueter comme “approuvé Vegan” au lieu d’une certification officielle comme “certifié Vegan” ou “Vegan Society”.

Pour vous amuser un peu avec l’éco-anxiété, vous pouvez même vous entraîner à identifier des cas de greenwashing en jouant à “Nommez ce péché” !

Pour illustrer davantage certains de ces péchés, jetons un coup d’œil à quelques exemples de greenwashing d’entreprises qui sont “devenues vertes” et qui ont été prises en flagrant délit :


Volkswagen a déguisé les émissions de diesel de ses moteurs

Greenwashing Volkswagen

Le plus grand constructeur automobile du monde a peut-être perpétré le cas le plus célèbre d’éco-blanchiment documenté aujourd’hui.

Volkswagen, la société mère de BMW, Mercedes-Benz et d’autres ont mis au point un plan si élaboré qu’il a été présenté dans la série de documents de Netflix intitulée “Dirty Money“.

En 2015, Volkswagen a initié ce qu’on appelle aujourd’hui le “Diesel Gate”. L’Environmental Protection Agency (EPA) a découvert qu’ils avaient (entre 2008 et 2015) fabriqué et vendu plus de 11 millions de véhicules équipés d’un logiciel de moteur qui modifiait en fait les performances de la voiture pour tromper les tests d’émissions de CO2 et de NO2.

Ce “dispositif d’invalidation” pouvait essentiellement détecter quand les véhicules étaient sur un banc d’essai stationnaire et déclenchait un “mode d’essai” de contrôle des émissions. En dehors du mode test, les émissions augmentaient de 10 à 40 fois la limite légale.

Tout cela a un son de cloche assez futuriste, nous le savons, alors pour une explication et une démonstration visuelles, regardez cette vidéo.

Le géant de l’automobile a ensuite affirmé que ces 11 millions de modifications n’étaient que des “irrégularités”, qui ne visaient qu’à saper davantage leur intégrité.

Dans les retombées, le PDG Martin Winterkorn a admis avoir brisé “la confiance de nos clients et du public” avant de démissionner. Outre la chute des stocks, le coût du rappel des véhicules concernés et la première perte trimestrielle de Volkswagen en 15 ans, la société a également pu payer à l’EPA une amende pour chaque véhicule ayant enfreint les normes (18 milliards de dollars au total).


Des bouteilles d’eau “pauvres en plastique” fabriquées par Nestlé

Greenwashing Nestlé

Les bouteilles d’eau en plastique à usage unique sont parmi les pires atteintes à l’environnement. Cela ne les a pas empêchés d’essayer de faire passer leurs bouteilles d’eau pour “le produit de consommation le plus respectueux de l’environnement au monde”.

Nous aimerions bien plaisanter sur cette publicité Nestlé 2008 bien réelle.

Des publicités et des étiquettes qui évoquent des images de montagnes vierges et d’eau propre aux noms comme “Crystal Geyser”. Elles visent à vous faire croire qu’elles sont bonnes pour la planète. Nestlé, qui a produit Pure Life, Arrowhead et Poland Spring, a lancé en 2009 la bouteille “Eco-Shape” de Pure Life, dont la publicité indiquait qu’elle utilisait 15 à 30 % de plastique en moins (selon la publicité, apparemment).

L’astérisque pratique suivant le pourcentage dirigeait les lecteurs vers les petits caractères, ce qui expliquait de façon alambiquée que le chiffre était comparé à TOUS les types de bouteilles en plastique, y compris celles de soda et de jus (qui sont bien évidemment plus épaisses).

C’est un cas classique du péché de greenwashing du “moindre mal” : quelle que soit la “responsabilité” de fabrication d’une bouteille d’eau en plastique, la vérité est que les bouteilles en plastique à usage unique n’ont leur place dans un monde éco-responsable. Un million de bouteilles en plastique sont achetées chaque minute dans le monde et le taux de recyclage n’est que de 33,4% selon l’Association internationale des eaux en bouteille.

De plus, la société Arrowhead Water de Nestlé prétend pratiquer une gestion responsable de l’eau sur ses 13 sources. En réalité, ils tirent leur eau parmi plusieurs de ces sources, parfois de manière illégale et contre les lois en vigueur dans les pays concernés.

Jusqu’à présent, aucune conséquence réelle n’a frappé ces entreprises, à part quelques poursuites judiciaires relativement mineures… Les choses changent lentement, mais elles changent !


Comment éviter le Greenwashing ?

Comment éviter l'appât du gain qui a engendré le greenwashing ?

L’écoblanchiment est devenu une pratique rusée et sournoise : tests d’émissions carbone falsifiés, faux labels “certifiés” et slogans marketing qui semblent légitimes. Heureusement, les restrictions et les recours judiciaires s’améliorent.

Alors comment l’éviter ?

En tant que consommateurs, nous pouvons faire notre part en étant simplement plus attentifs. Faites-vous confiance : si quelque chose vous semble suspect, il est probable qu’il le soit réellement.

Allez au-delà de la lecture de l’étiquette, regardez les ingrédients ! Il est facile et même légal dans une certaine mesure pour les entreprises d’être trompeur sur l’étiquette, mais il est tout à fait illégal de mentir sur les ingrédients. Assurez-vous que le produit “bio” contient des ingrédients dont vous avez déjà entendu parler. Privilégiez alors l’achat en vrac de vos denrées alimentaires.

Nous vous recommandons également d’utiliser le Groupe de Travail sur l’Environnement comme ressource pour savoir ce que sont réellement les ingrédients.

Mieux encore, recherchez les certifications de tierces parties, telles que :

Parmi beaucoup d’autres, ce sont d’excellents moyens de savoir que quelqu’un d’autre a fait la vérification pour que vous n’ayez pas à le faire.


DERNIÈRES RÉFLEXIONS SUR LE GREENWASHING

Dans une économie de marché libre comme la nôtre, où nous choisissons de mettre notre argent, cela en dit long. Il exprime nos valeurs.

Un grand nombre d’entreprises misent sur la consommation (littéralement) impulsive. Montrons-leur simplement que nous sommes pas des moutons munis de cartes de crédit.

S’il est important de se tenir au courant des entreprises accusées d’éco-blanchiment, n’oubliez pas que toutes les entreprises ne cherchent pas à nous escroquer. Nombre d’entre elles se soucient réellement de maintenir des pratiques commerciales durables, et ce sont ces entreprises que nous voulons soutenir.

Comme toujours, nous espérons que cela vous aidera à devenir un consommateur plus conscient. Inscrivez-vous à la newsletter ci-dessous pour en savoir plus sur le greenwashing !

Si vous avez des questions, des réflexions ou des conseils, veuillez laisser un commentaire ou nous envoyer un message 🙂

Mon Panier Élément supprimé. Annuler
  • Aucun produit dans le panier.